Aberrantes Diatomées

sculptures

matériaux divers

formats divers

2016

Les assemblages de Geneviève Duris sont à l'échelle d'une main et pourraient être tenus par les doigts. Il y a toujours un moment où, les détachant du mur, de l'étagère ou du présentoir, on aurait envie de s'en saisir comme un bijou offert par le vivant et s'animant comme un insecte. Ils ne sont pas générés par des dessins ou des collages, pratiques initiales et constantes de Geneviève Duris, mais ils gardent quelque chose de leur définition : brindilles, fils électriques et passementerie, proposent souvent une ligne, écheveau ou contour, pour suggérer une figure. Nous pourrions identifier l'endosquelette en silicate d'une diatomée, la cristallographie d'un flocon de neige, la trajectoire d'une mouche non euclidienne, si l'infiniment petit était désigné comme modèle possible.

En réalité, il n'y a pas de figure. Ce sont les matériaux et non pas les images qui guident et conduisent l'élaboration. C'est de leur assemblage sous le mode des contrastes de densités et de provenances que naissent ces corps singuliers. Les matériaux appartiennent au fond de la poche, à la boîte de couture, à l'environnement quotidien, à la rue: des bouts d'objets, des fragments choisis pour leur texture ou leur couleur. L'ensemble n'engloutit pas les bouts. Il ne confond pas les restes ni n'homogénéise le disparate. Au contraire, il laisse apparaître les points de contact, les jointures. Ce sont toujours les attaches qui sont fragiles et les matériaux accointés laissent voir la discontinuité de leur articulation, ce qui rend l'assemblage comme suspendu.

Ces sculptures de poche ou de voyage, sans prise au sol, poids, centre de gravité, n'ont pas de place assignée. Elles pourraient être bougées, passer du mur au sol, de la verticale à l'horizontale. On regarde certaines comme des parures à la recherche d'un corps et demandant à être portées. Elles vont de la sculpture à l'objet par leur parenté avec des ornements ethnographiques pour un cabinet des curiosités contemporain. A la mesure des graminées, de la cosse, du châton, ce sont des coiffes, des insignes. Et c'est sans doute aussi d'une réflexion à propos des arts appliqués que ces sculptures procèdent, comme d'une autre sur les métiers dits féminins, de la modiste à la rosière. Cependant, s'il y a méticulosité, le luxe est en trompe-l'œil. Le pauvre et le brut voisinent avec le raffinement des textures et de la couleur. Le peu équilibre le faste minuscule. Il nous montre le geste, nouer, dévider, tresser, et surtout il ouvre la sculpture vers l'abstraction, vers le dessin qui la tient et lui donne sa dynamique : spirales, gribouillis, résilles, mandalas, rosaces.

Frédéric Valabrègue, 2017.

Repro Gene-3895
Repro Gene-3895
press to zoom
Repro Gene-3892
Repro Gene-3892
press to zoom
Repro Gene-3876
Repro Gene-3876
press to zoom
Repro Gene-3885
Repro Gene-3885
press to zoom
Repro Gene-3880
Repro Gene-3880
press to zoom
Repro Gene-3810
Repro Gene-3810
press to zoom
Repro Gene-3819
Repro Gene-3819
press to zoom
Repro Gene-3814
Repro Gene-3814
press to zoom
Repro Gene-3821
Repro Gene-3821
press to zoom
AAA_4608
AAA_4608
press to zoom
04
04
press to zoom
09
09
press to zoom
P1000820
P1000820
press to zoom
P1000922
P1000922
press to zoom
Repro Gene-3835
Repro Gene-3835
press to zoom
1
1
press to zoom
26-1 copy
26-1 copy
press to zoom
27-1
27-1
press to zoom
Repro Gene-3789
Repro Gene-3789
press to zoom
Repro Gene-3793
Repro Gene-3793
press to zoom
Repro Gene-3899
Repro Gene-3899
press to zoom
Repro Gene-3905
Repro Gene-3905
press to zoom
15-1 copy
15-1 copy
press to zoom
Repro Gene-3837
Repro Gene-3837
press to zoom
IMG_0807
IMG_0807
press to zoom
IMG_0818
IMG_0818
press to zoom
IMG_0811
IMG_0811
press to zoom
IMG_0805
IMG_0805
press to zoom
IMG_0803
IMG_0803
press to zoom
39
39
press to zoom
Repro Gene-3782
Repro Gene-3782
press to zoom
Repro Gene-3756
Repro Gene-3756
press to zoom
Repro Gene-3930
Repro Gene-3930
press to zoom